Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 06:50
Jours divers

Le garçon tout maigre n'en peut plus de rigoler et me dit sacré drink. On est aux pieds des tours jumelles de la porte de bagnolet, balayé par un vent marin, alors que le bruit des balances du premier groupe parvient a nos oreilles. On parle d'un type qui dirige un rade sur montreuil ou l'on doit aller à une fête vers la fin août et garçon tout maigre m'a lâché tu vois le genre du gars qui tient le rade, son troquet s'appelle le montana. Le montana me fait immédiatement penser à l'état américain et à l'école de missoula. Harrison, ford, crumley, tout ça tout ça. C'est un café littéraire ? j'ai donc demandé a grand garçon tout maigre qui est parti d'un éclat de rire tonitruant. Je monte jusqu'au quatrième étage du politburo, c'est comme tout les tafs plus tu es haut plus tu es important, autant vous dire que je suis au premier étage. Le rez de chaussée n'était pas libre. Je m'assieds et je ferme la porte du bureau de chef, elle me sourit et puis viens s'assoir autour de la petite table ronde qui vous montre que l'on parle d'égal à égal. Plus de bureau pour créer une sorte de séparation factice. On a un petit problème drink elle me dit en prenant un air un peu las. Le "on" veut dire que j'ai un petit problème mais comme nous sommes une équipe la chef partage ma charge. C'est beau je me dis en rigolant intérieurement. Quelqu'un dont tu t'es occupé a saisi le service client. Il y un air service client au politburo je l'interroge en prenant un air totalement ahuri. Drink me dit garçon tout maigre on parle d'un bar de montreuil mon gars. C'est pas des poètes. Le bar s'appelle ainsi car le type se prend pour tony montana. Le groupe que j'aime bien termine la balance, je reconnais la guitariste qui sort dehors. Garçon squatteur qui parle par onomatopées vient me claquer une bise. Mais c'est qui tony montana je demande a grand garçon tout maigre qui fait des yeux ronds en tirant sur son pétard et alors que sa copine vient me faire une bise. Garçon qui parle par onomatopées et qui met une petite demi-heure a dire une phrase que vous crachez en trois secondes me tend sa canette comme si j'avais besoin de boire de la bière très forte et dégueulasse. Un autre squatteur vient nous dire bonjour celui qui s'est fait casser la gueule par une milice privée envoyée par le propriétaire. Il n'a pas de trace apparente sur le visage et il a l'air un peu triste. Mais il a toujours l'air un peu triste en même temps. Bon alors c'est qui tony montana les gars, j'ai l'impression d'être la seule personne au monde a ne pas le connaître. Après un échange fructueux avec monsieur drink, alors que j'ai exprimé un point de vue qui visiblement heurtait les convictions de votre employé, celui ci est devenu totalement furieux et m'a dit "quand vous serez au pouvoir, vous pourrez tous nous passer par les armes si c'est ce que vous voulez" et puis il a ajouté "allez donc prier a l'église d'a côté c'est saint nazi du chardonnet vous reverrez des amis de la grande époque de la rue lauriston". Je rigole. Pas ma chef. Deux jours auparavant lors de la grande comédie de l'entretien annuel je lui exprimais mon désir de partir, loin de tout, elle m'expliquait qu'elle serait vraiment triste si je m'en allais. Tu lui as vraiment dis ça ? Oui je réponds c'est même assez étonnant c'est précisément au mot près ce que je lui ai dis. C'est épatant. Oui j'ai dis ça je reprends alors que ma chef essaie de retrouver sa respiration, j'ai écouté pendant un quart d'heure ses considérations nazies et puis a la fin j'ai craqué. Drink me dit garçon tout maigre, tony montana c'est le personnage d'al pacino dans scarface tu vois le genre. Le mec se prend pour al pacino dans scarface enfin pour son personnage. Mais dans le scarface des années 30 le nom du personnage c'est pas tony montana j'interroge. Et puis je suis un peu triste pour al pacino. Voila un acteur de théatre, un grand acteur de théatre, qui a joué dans des chefs d'oeuvre comme un après-midi de chien ou panique a needle park, qui a réalisé un film formidable d'après shakespeare, et tout ce qu'il restera de lui c'est le personnage grotesque d'un film gluant et bouffi de de palma. Idole des bulbes mous. Un type sort dehors et dis que le concert va commencer. En tout cas je dis a garçon tout maigre, ce patron de café il a des goûts de chiottes en matière de cinéma. La responsable du service m'a appelé et demandé si ça me semblait crédible reprend ma chef. J'ai dis que tu étais l'idole ici, que tout le monde t'adorait, que des gens viennent tout les mois pour te voir, que tu as plus de cadeaux a toi tout seul que tes vingt collègues réunis. C'est pas faux je dis. Mais qu'est ce qui t'a pris ? elle me demande. C'était un nazi je lui explique. Ma chef me regarde. Tu as raison drink je vais répondre à la dame bien casse-burne du service clientèle que c'était un nazi. Dis-lui que j'avais mes règles je propose. J'ai besoin de vacances me dit ma chef. Moi j'y vais j'ai mes règles je dis en me levant de ma chaise.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans politburo concert
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 09:23

 

 

C'est comment la phrase dans la règle du jeu de renoir. Le drame dans ce monde c'est que chacun a ses raisons. Tu peux la mettre a toute les sauces je me dis alors que le jour s'éteinds doucement sur le canal de l'ourcq. Je suis content qu'il y ait le quatrième groupe, une ambiance assez tendu un hardcore assez froid et classique, c'est tout à fait ce qu'il me faut. Le barbu a adoré le premier groupe qui m'a un peu emmerdé, la mère de mon filleul a adoré le second groupe du free jazz polonais qui m'a un peu emmerdé, et la fille suisse a adoré le troisième type qui m'a beaucoup déçu alors que je venais pour lui. C'est quoi ce prénom je demande aux filles alors qu'on attend le début d'une réunion dans notre local autour d'une petite table ronde, c'est un garçon ou une fille. Moi j'aime bien ce prénom dit la fille qui s'appelle comme la plus belle femme du monde. C'est un garçon me dit la fille enceinte. C'est pas un prénom je me dis dans ma tête en imaginant que le fantôme adorerait ce prénom. C'est le nom de famille d'une musicien d'origine espagnole non je me demande tout bas. A bout de souffle. Le gamin aura un nom de famille portugais remarque je me dis. J'imagine le rire et j'entends la voix de la pllus belle femme du monde qui me dirait que je suis si classique en matère de prénom. Ca me fait du bien de l'entendre rire et d'entendre sa voix dans ma tête, c'est fou le bien que ça me fait. Je bois une ou deux bières et je n'ai déjà plus envie d'en boire, l'alcool me lâche bien ces derniers temps, c'est peut-être cette fatigue, cette sorte de dépression. Je fais une dépression interne j'explique au garçon bizarre avec lequel je mange au soleil du canal en ce samedi ou les pauvres et les dépensiers viennent gratter de l'oseille au politburo. Une dépression c'est toujours interne non il demande. Oui mais moi je ne fais pas une vraie dépression tu vois, c'est comme si mon corps refusait de suivre mon esprit, ou alors l'inverse. La vie sans le fantôme c'est pas vraiment rigolo mais faut bien vivre je me dis. Peut-être trop longtemps que tu n'as pas couché avec une fille  il me dit ou je me dis. C'est quand la dernière fois que j'ai vu la plus belle femme du monde je me demande, six mois ou un truc comme ça. Six mois sans toi je me dis. Six mois sans moi. Six mois ou à peu près. Ou a peu près.

 

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans concert elle sans moi
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 23:36
Un manque de bulbe

Tu vois me dit le type qui est accoudé au comptoir près de moi, le groupe est un peu trop hardcore bas du front pour moi. Il faut savoir varier bordel. Je regarde la bière posé devant lui. Je ne sais même plus de quel fruit est le jus que je bois. J'ai pas bu une goutte d'alcool depuis plus de dix jours, rien que d'y penser au décompte des jours c'est que je dois être un putain d'alcoolique je me dis. Je suis comme toujours quand je ne bois pas et que je sors en collectivité, a la limite de l'autisme. Je parle avec quelques personnes que je connais plus ou moins de vue, je parle avec des gens qui semblent me connaître mais que moi je ne connais pas. La ville est grise depuis le matin, je suis allé dans ce quartier totalement déprimant, ou la bourse qui ne sert a rien trône encore au milieu de la place, je venais de la place de l'opéra envahi de hordes de touristes. J'ai cherché la rue que j'étais venu chercher au milieu des restaurants japonais qui font la célébrité du coin. Je me souviens que j'avais mangé un ramen dans le coin, c'était ceux auquel j'avais prêté saint malo qui voulait me remercier. On risque pas de me réinviter pour me remercier vu que l'appartement de saint malo a été vendu. J'ai signé tout les papiers et je suis ressorti de la boutique en me demandant si j'aurais le visa. Au concert dans le bar, il y a encore cette fille qui me dit bonjour et que je ne connais pas. Il faudrait peut-être que je lui explique qu'elle se trompe de personne. Je pense a ce livre que je suis en train de terminer, je pense a cette homme qui veut faire revivre la femme qui est morte, je pense a ces croyances des états du sud, je pense a ce serpent placé à la place du cœur. Je devrais aller acheter des livres je me dis, des fois que je m'emmerde le week-end prochain quand je vais dans cette ville ou j'ai déjà été plusieurs fois, quand je vais dans ce pays ou j'ai déjà été plusieurs fois. Je termine ce jus de fruit quelconque et je me retourne pour écouter le groupe suivant. Je continue de vivre, je continue de me promener parmi les vivants et les morts, je continue de raconter ma vie au fantôme le soir en rentrant. Parfois je lui demande comment elle va, même si je sais qu'elle ne me répondra pas. Parfois, je lui demande comment elle va. Parfois, je me demande comment elle va.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans elle sans moi concert
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 11:26
Parmi les errants

Une fille qui ne me dit absolument rien se plante devant moi et me dit bonjour et du coup je lui fais la bise pour ne pas paraître goujat. Il va bien le beau drink ? elle demande alors que je pense qu'elle m'a confondu avec quelqu'un d'autre. Pas comme le type du début de soirée qui m'a parlé et qui je pense m'a confondu avec quelqu'un, un type ivre mort qui m'a dit qu'avant de s’inquiéter pour moi il s'inquièterait pour lui. La fille se barre et je me demande vraiment qui c'est, une fille qui me trouve beau ne doit pas tout a fait être en pleine possession de ses capacités, j'arrive a sortir avec des filles parce que je suis drôle et que j'ai un charisme houblonné, mais je suis pas vraiment beau. Mais qui est cette fille je demande a la mère de mon filleul. Je ne sais pas elle m'a pas dit bonjour donc elle ne doit pas me connaître elle rigole, c'était peut-être une première approche. Le garçon a casquette nous ramène une bière. Je vais a beaubourg en sortant du politburo, je slalome parmi les touristes sur le pont aux cadenas, je sens le souffle du vent sur le pont qui mène vers hôtel de ville. Le matin j'ai entendu une femme politique qui disait qu'on étouffait a paris, mes collègues me font la même on a du mal a respirer. Faut arrêter de regarder la télé mes couillons je leur dis pas. Et le poids de votre connerie il vous empêche de respirer je rajoute pas. Je vais au guichet a beaubourg pour demander le programme du cinéma du réel et puis ensuite je vais a la librairie du centre que j'adore ou l'on vend que des journaux et des catalogues que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Je ne retrouve pas la gomme de la plus belle femme du monde. J'achète france culture papier et un trimestriel qui s'appelle schnock, deux revues pour 30 euros. Faut ce qu'il faut. Le garçon tout maigre m'appelle du trou du cul du monde ou il a visité un appartement, on parle de knausgaard que je lui ai prêté avant qu'il ne parte. J'irais peut-être le voir en mai je lui dis, tout ça me parait loin même si c'est demain. Depuis que la plus belle femme du monde m'a quittée, je vis toujours un peu en arrière. Après qu'elle ait présenté le film au public, on dine avec l'actrice au restaurant du sud américain, elle est tellement chouette je me dis, c'est juste une bouffée d'air frais, elle me tutoie alors que je la vouvoie et du coup je la tutoie, je découvre qui est le père de ses filles et ce couple me paraît totalement incongru. Elle nous parle de ses lectures en prison. Après le film, elle reste plus d'une heure a discuter avec les gens. Il y a bien entendu toujours l'étudiante de mes deux qui demande pourquoi on passe le film en version française, la fois précédente une intermittente du spectacle qui se prenait pour la pompadour et qui n'avait du jouer sur scène depuis les années 70 m'a déclaré que c'était la première fois depuis plus de 40 ans qu'elle voyait un film en version française et qu'elle ne serait pas venu si elle avait su. Garçon tout maigre m'a dit que vieillir c'était supporter de moins en moins les autres. Les gens qui nous accueillent j'explique a l'étudiante comme j'avais expliqué à la duchesse de mes deux, ne savent pas lire pour la plupart, donc nous diffusons les films en version française. J'envoie un message pour son anniversaire a la fille qui attend d'accoucher et je me souviens que c'était sa soirée d'anniversaire le jour ou la plus belle femme du monde est descendue du train. Je lui avait proposé d'y aller. Je me demande si réécouter diabologum et écouter fauve est bon pour mon moral, je me souviens d'une expo a berlin ou une femme se glissait dans une poubelle pour disparaître, c'est exactement mon état d'esprit. Il faudrait que j'envoie la dixième au fantôme je me dis, et j'ai comme l'impression que ce serait la fin de quelque chose. La fin de toi, la fin de tout. J'adore le type tout seul sur scène avec son violon, le prof de math de mon filleul, il fait des boucles et il donne une énergie incroyable. Quand il chante c'est moins bien. Je croise un type que je n'ai pas vu depuis des siècles avant le second groupe, alors que dehors tout le monde fume sa clope, et puis le frère jumeau du chanteur qui est mort depuis des siècles vient claquer la bise à la mère de mon filleul et demande des nouvelles de celui-ci. Il explique qu'il a mis une baffe a son fils qu'il a du aller chercher au commissariat à l'autre bout de paris. Il a énormément vieilli en peu de temps, comme s'il était malade. Il s'est un peu rabougri, un peu asséché. Garçon barbu me raconte ses malheurs avec sa copine qui s'est remise a picoler. J'envoie un message à la fille qui vient d'apprendre que sa mère avait un cancer de la langue pour lui souhaiter bon courage parce que je ne sais pas quoi dire d'autre. Et comment va le fantôme me demande la mère de mon filleul. Oui c'est vrai ça comment va le fantôme je me répète. Faudrait que je lui dise, faudrait que je le dise a l'autre fille qui aime tellement le fantôme, faudrait que je leur dise a toutes les deux, ses copines d'enterrement, que le fantôme m'a plaquée. Je souris a la nuit et je dis que ça va bien. J'en sais rien mais je dis que ça va bien, je l'espère bien alors je dis que ça va bien. Je dis que ça va bien. Je dis que tout va bien.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans elle sans moi concert paris
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 13:42
Anatomie bousculaire 50 (Welsh)

J'en perds presque une couille quand je vois la chanteuse du groupe qui vient vers le rouquemoutte de mes deux pour lui claquer une bise et roucouler gentiment devant lui. La danse de l'amour mon pote, oh mon cher drink c'est gentil d'être venu, ça fait trop plaisir mon cher drink, elle sussure. J'en perds une seconde couille quand ce crétin de léopard me dit qu'elle est gentille mais que c'est no way. Il se croit ou ce couillon, sur la cinquième, sur le strip, bordel mon rouyer on est à la flèche d'or rue de bagnolet parle moi pas rosbeef. La chanteuse du groupe, elle est habillée fifties avec une robe moulante et un sacré décolleté, ses nibards sont deux obus qui vous fixent jusqu'a ce que vous baissiez les yeux. Une fille comme ça apprécie un type a la peau carotte qui aurait comme bronzé a travers une passoire ? J'en perds ma troisième couille. Une fois le fantôme m'a dit qu'elle méritait pas l'amour que lui portait ce couillon. C'est pas un problème de mérite chéri, c'est juste que ce type à un grain, en même temps vous connaissez un poil de rousseur qui n'a pas un grain ? Attaque drink je lui dis alors qu'on sirote une bière pas très bonne au bar de la flèche d'or. Ils ont changé le bar de place il me dit comme si on devisait architecture. Et ta quéquette de poil de carotte elle a changé de place aussi, je crois que la chanteuse du groupe s'intéresse a toi, bordel, la putain de bombe anatomique qui rendrait dingue un moine tibétain. Elle s'intéresse a un putain d'écureuil de laboratoire dans ton genre ! Il rigole franchement ce con de drink. C'est pas mon genre il dit. C'est pas ton genre ? Ce type est bon pour l'asile. J'en termine ma bière. Et c'est quoi ton genre, je lui demande. Le fantôme il me répond avec des étoiles dans les yeux. Le fantôme je me dis, une hystérique sans nibard qui court après les pigeons ! Elle te mérite pas le fantôme, elle le reconnaissait elle-même. Moi non plus il réponds du tac au tac. Elle t'a largué bordel - sincérement poil de carotte c'est mon poto mais il est pénible avec son fantôme - elle t'a largué il y a deux mois, depuis, elle ne donne plus signe de vie. C'est mort mon pote. Je la méritais pas il continue. Je commande deux bières à la serveuse, qui n'est pas du tout mon genre non plus, pas de seins, pas de cul, rien a grailler quoi. Elle a un petit air au fantôme non, je dis en la désignant a drink. Tout petit il dit en haussant les épaules, elle est brune. La chanteuse arrive sur scène avec son groupe, et en plus elle est sympa et marrante je me dis. Plus tard, alors qu'on sirote une dernière bière avant de partir, je demande au rouquin crétin combien de temps il va attendre un fantôme qui ne reviendra pas. Le temps qu'il faudra il me réponds naturellement. Ni triste, ni en colère. Le temps qu'il faudra me réponds ce dingue de rouquemoutte.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans Anatomie bousculaire concert
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 09:42
Le dense du ventre

Le matin au réveil, je regarde mon corps fatigué, même si tout le monde me donne 10 ans de moins que mon âge, mon corps me semble vieux et fatigué. Je regarde mon ventre et je me demande comment la plus belle femme du monde peut me trouver beau. Je me demande d'ailleurs comment n'importe quel être humain peut me trouver beau. Je me dis qu'il faut que j'arrête de me plaindre et de m'apitoyer, j'en deviens un peu pathétique, je pense aux sms que j'ai envoyé à la blonde pour pleurer sur mon sort et je me dis que je suis franchement ridicule. C'est ton problème mon petit pote je dis a la glace, c'est ton problème si tu choisis de rester fidèle a un fantôme, alors ne fait pas supporter aux autres ce destin que tu as choisi. Ça sonne a l'interphone, il est pas dix heures du matin, je me dis que ce doit être un paquet ou une erreur. J'ai une invitation a vous mettre dans votre boîte me dit une femme a la voix jeune. Ah je marmonne. Oui un grand événement se prépare, elle me dit, je veux vous inviter à une cérémonie pour fêter la mort du christ. Après avoir raccroché je me dis que je croyais qu'il était mort a noël et puis ensuite je me rappelle qu'il est né a noêl. Je voulais aller voir violence conjugale à la méca et je me retrouve au chinois pour un festival punk sans groupe punk. C'est normal qu'il n'y ait que de la pouliche de compét' a ce concert me demande garçon a casquette avec une rare élègance. C'est pas la journée de la femme je lui demande. Après le premier groupe un duo électro punk qui m'a rappelé liège et que j'ai trouvé terrible car ils étaient tout a fond, on va au fumoir. C'est sympa quand on fume pas, je me retrouve dans une pièce tout petite ou 50 gugusses tirent sur leur clope. Un type arrive et me dit, on t'a jamais dit que tu ressemblais a, comment il s'appelle déjà ? Ca faisait longtemps je dis aux autres qui sont morts de rire. Si on m'a me l'a déjà dit je réplique aux gars, alors au choix je ressemble a sanseverino, jack bauer, horacio des experts, denis brongniard, bartabas ? Le gars explose de rire, ah ah rien a voir, ah ah. Tu ressembles au premier bassiste de noir désir. J'essaie de me souvenir a quoi ressemble le premier bassiste de noir désir, et je me souviens d'un brun un peu fluet. On restera plus tard avec la mère de mon filleul et son frère a regarder des photos sur mon téléphone du bassiste de noir désir, un peu dubitatif. Il voulait peut-être dire le batteur note garçon a grande barbe. Je me prends une seconde pinte et décidant de m'arrêter a trois, Le deuxième groupe est très bizarre, pas mal musicalement, un peu garage mais le chant est hallucinant. Le type marmonne des fadaises pathétiques avec une toute petite voix pop. Le groupe suivant a pour chanteur le seul type de la librairie monte en l'air qui te regarde pas comme si c'était un étron. Je croise des gens que je connais, et des gens que je ne connais pas. Je sirote ma troisième pinte pendant le formidable dernier groupe. Je sens enfin une énergie positive, je me dis que je suis encore vivant. Plus tard dans le métro, je ressens toujours une pointe de tristesse en regardant les couples qui rentrent chez eux, je sais que je dois continuer a supporter la solitude. L'apprivoiser. Ma vie ne sera pas pire que celle des autres, alors je souris en imaginant la plus belle femme du monde, je me dis que je ne dois plus être un fardeau. Et quand je sors du métro, je suis un peu plus léger. Plus léger du poids que tu ne plus supporter. Plus léger du poids que je ne dois pas supporter. Plus léger de ta main dans la mienne. De ta main dans la mienne.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans concert
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 14:08
Rester debout

Un type me tend la main et comme il semble me connaître je lui serre la main a mon tour. Je regarde la mère de mon filleul après que le type lui ait fait la bise et se soit barré. On connaît ce type je demande. Oui elle dit, mais bon on le voit pas souvent. J'aime bien le groupe, rien de révolutionnaire c'est une sorte de mix entre helmet et rage, ça date un peu, d'ailleurs les gars ont pas loin de 40 balais, mais j'aime bien, ça me nettoie un peu les oreilles. Le café est un peu pourri, il y a des fanions de club de foot un peu partout, mais ce rade du fin fond de montreuil semble être devenu le haut lieu des concerts de soutien aux anars. Une fille passe avec un chapeau et je mets un bifton de 5 euros, j'ai assez organisé de concerts et d'évènements pour savoir que pour la plupart des gens prix libre veut dire gratuité et que du coup quand tu indiques prix libre tu ramasses que dalle. Je me prends une pinte a 4 euros, la serveuse un peu punk fait la danse du ventre comme dirait l'autre, enfin comme dirait le fantôme, je lui expliquerais que non c'est juste ce genre de filles un peu jeune qui se prend pour la huitième merveille du monde parce qu'elle a trois tatouages sur le corps. Le fantôme me répondrait, tu as raison drink, je te dis qu'elle fait la danse du ventre, faut pas me prendre pour une imbécile. Le fantôme me manque bordel, d'une manière presque physique, c'est curieux car on pourrait dire qu'elle me manquait tout le temps, mais en fait non, pas du tout, du tout, c'est maintenant qu'elle me manque. De plus en plus. J'aime bien l'ambiance du concert, j'aime bien tout ces gens, on sort un peu dehors sur une espèce de terrasse derrière la scène du rade, des types font un barbecue. Une fille me demande comment je vais et je suis bien incapable de lui répondre, surtout que je ne sais pas qui c'est. J'aimerais dire a la mère de mon filleul que le fantôme m'a quitté, mais je n'arrive pas. J'ai juste réussi a le dire a garçon tout maigre. Je voudrais juste dire a la mère de mon filleul que le fantôme est parti. Mais mon cerveau ne lâche pas le morceau. Je n'arrive pas a prononcer ces mots. Plus tard dans le métro, je n'arrive pas a accrocher au livre. Le meilleur film de l'année dernière. Peut être les quelques pintes a 4 euros. Je crois entendre garçon tout maigre qui me dit que la bière est coupée à l'eau. Il pleut des cordes quand je descends du 26. Je me dis que je ne vais pas vivre sans le fantôme. Je me fous un peu en fait de ce que chacun pense. Je me fiche de savoir ce qu'elle pense elle aussi. J'ai juste pas envie. Pas envie de vivre sans elle. Pas envie de vivre sans toi. Même seul avec moi, pas envie d'être sans toi.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans concert
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 10:30
Un goût de neige

Vers le bas de la rue de charonne alors je me dirige vers le passage thieré, vers le bas de la rue de charonne, alors que je me dirige vers le passage qui mène a la mécanique ondulatoire, vers le bas de la rue de charonne, il y a une toute petite pluie fine qui tombe sur la ville la nuit, je croise deux filles et l'une dit à l'autre au moment ou elle passe a ma hauteur, ah bah le stérilet oui j'imagine et je me dirige vers la mécanique ondulatoire en essayant d'imaginer un stérilet ou en essayant de comprendre de ce que c'est d'imaginer un stérilet alors qu'il pleut comme de la neige fondue sur paris. Je suis surpris pendant le concert de warum joe, je suis surpris que les jeunes punks de vingt ans connaissent par coeur les paroles de chansons qui ont des siècles. Je descends ma pinte en discutant avec les vieux de la vieille. Je repense a cette femme au téléphone au politburo, qui m'a fait épeler mon nom de famille, je pense a cette femme qui ne m'a jamais vu et que je n'ai jamais vu et qui pour m'envoyer un courrier au politburo m'a demandé comment s'écrivait mon nom de famille et une fois que j'ai terminé elle me dit que mon nom est très romantique. Alors que je rigole en raccrochant et je me dis que cette pauvre femme mourrait dans d'atroces souffrances si le fantôme l'entendait. Il pleut toujours alors que je papote avec la chanteuse du second groupe dont le concert a été massacré par des problèmes de synthés. Je cherche du regard les yeux de la plus belle femme du monde alors que la pluie qui ressemble a de la neige tombe sur paris, alors la neige qui est encore de la pluie tombe sur paris. Je bois une dernière pinte pendant le dernier groupe, c'est un groupe belge qui s'écoute, ça ressemble au groupe de liège que j'aime bien mais en moins bien. Alors que je rentre sous la pluie qui ressemble a de la neige, ou sous de la neige qui ressemble a de la pluie, alors que nous rentrons sous la pluie, je me rends compte que je ne suis jamais seul, je me rends compte que je ne serais jamais seul. Alors je souris a la pluie et je souris a la neige, alors nous sourions a la pluie et nous sourions a la neige. Nous sourions.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans concert paris
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 18:48
Transe

Je suis dans ce café de la rue saint malo comment il s'appelle déjà, je suis dans un de ces cafés de la rue saint malo, je sais plus lequel, sans doute le bateau ivre et je me dis ce type on dirait franck darcel, je me dis ça et puis j'en suis plus très sur. Mais je me dis que ce pourrait-être franck darcel mais j'en suis pas sur. Je suis dans ce café de la rue saint malo, je ne sais plus lequel, comment il s'appelle déjà, il y a tellement de cafés dans la rue saint malo, je crois que c'est la trinquette. Il y a ce groupe comment il s'appelle déjà, il y a ce groupe, comment il s'appelle déjà, je ne me souviens plus il y a tellement de groupes aux transes, je ne sais plus si c'est bagarre ou baston, je ne sais plus, je crois que c'est bagarre, parce que baston c'était la veille, baston c'était au bar hic je crois, là, nous sommes rue saint malo a la trinquette et le groupe s'appelle bagarre. Ils sont cinq je crois quatre garçons et une fille, et a chaque chanson ils répètent bonsoir nous sommes bagarre, ils répètent a chaque début de chanson, bonsoir nous sommes bagarre. A chaque début de chanson. Je bois une bière, je ne sais plus comment s'appelle cette bière, ce n'est pas de la morgane, la morgane c'est au ty anna, c'est de ne pas de la morgane, on boit de la morgane au ty anna, place saint anne, là ou j'ai vu le frappadingue de champagne ardennes, comment il s'appelle déjà, ya-ourt, c'était pas si mal, et après une équipe de france 3 de champagne ardennes m'a demandé ce que je pensais de ya-ourt, et le type m'a foutu sa caméra dans la gueule et j'ai cligné des yeux en disant mais putain les gars je suis rouquemoutte je suis sensible des yeux. Au concert de bagarre, baston c'était la veille, au concert de bagarre a la trinquette rue saint malo, on a retrouvé la fille de paris qui était venu chez sa copine, et je lui ai dis bagarre ça pourrait être pas mal mais il faut qu'ils changent de paroliers et puis aussi qu'ils décident qui chantent dans ce groupe, au lieu de se relayer a chaque chanson. On a été au marché de la place des lices le samedi matin et puis ensuite on s'est retrouvé dans le petit resto à côté du ty anna, on s'est tapé un menu un peu curieux, des huitres, une galette saucisse et puis une assiette de frites et enfin un irish coffee. C'était avant d'aller a la piscine, c'est la première fois de ma vie que j'allais a la piscine non pas pour me baigner mais pour assister a un concert, la première fois de ma vie que j'allais a la piscine pour assister a un concert, c'était avant le concert de bagarre ou un type totalement ivre mort est venu me toucher les favoris comme si c'était la première fois de sa putain de vie qu'il voyait un autre putain de rouquemoutte, et je me suis souvenu que j'avais déjà vu ce type la veille il était déjà ivre mort au kenland debout sur une table ou je sirotais un demi quelconque vers les unes du matin. Après le barhic, après le concert de bagarre, après le concert de baston, après le concert de conger conger, après le kenland, après le ty anna, après les galettes et les bières, après tout ces gens, après le concert dans la piscine, après tout ces gens, je traverse la ville pour rejoindre le mondo bizarro, je traverse la ville dans la nuit, je traverse le noir de la nuit, et le froid de la ville, je traverse les rues pour rejoindre le fantôme, je traverse toute ma vie pour retrouver la plus belle femme du monde, je traverse ma vie, et les rues, et la ville et la vie toute entière, je traverse les jours et les nuits, je traverse pour rejoindre la plus belle femme du monde, je traverse les trans comme on dit ici, je traverse, pour rejoindre le fantôme et je vois une bière au comptoir, et j'assiste au concert d'oiseau-tempête, et j'assiste au concert de we insist, et je bois une bière et j'attends le bus avec ce type ultra bourré qui se déshabille et je cherche le fantôme parce que je traverse les transes et je traverse la ville et je traverse les rues juste parce je veux être avec le fantôme, juste parce que je veux la prendre dans mes bras juste parce que je veux être avec la plus belle femme du monde. Juste parce que je veux être avec toi.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans concert
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 11:35
Cinq cordes

Un type se poste devant moi pendant le concert des formidables conger ! conger ! en brandissant un drapeau du club de foot local. Je me dis qu'il doit être bourré. Plus tard en discutant vaguement avec lui je comprendrais aussi qu'il n'a pas la lumière a tout les étages. J'ai commencé la soirée au gazoline, j'ai regardé ma main et j'ai vu la main du fantôme et je lui ai dis tu sais ici il n'y a pas de faux coca. Même s'il ne fait pas si froid que cela et que certaines personnes sirotent leur bière en terrasse, les terrains de palet sont vides. Je remonte la place des lices pour rejoindre la place sainte anne, les terrasses sont déjà remplies, je pourrais m'arrêter au bar'hic mais les concerts y sont payants. Je croise de petites grappes de jeunes et de moins jeunes, de bourrés et de moins bourrés. La rue de la soif est encore relativement calme. Je pourrais dire au fantôme qu'il y a presque trente ans de cela j'ai emballé une ou deux filles mais je n'ai pas envie de mourir ce soir alors je ne lui dis rien. Il y a pas mal de monde devant le ty anna et je rentre pour choper une pinte de cette bière artisanale qui porte un prénom de fille dont je ne me souviens jamais. Je la sirote tranquillement dehors, pas très loin d'un stand de galettes saucisses. Je discute avec un type qui croit me connaître. Je cherche le fantôme mais je ne le vois pas, je cherche ses yeux mais je ne les vois pas, je cherche son visage mais je ne le trouve pas. Le concert me scotche, j'adore le jeu du bassiste a cinq cordes et l'énergie du batteur chanteur. Je reste un peu pour le groupe suivant mais je traîne pas. C'est du garage un peu plat, c'est difficile de varier les mélodies a deux et le batteur est bien trop bourrin. Je traîne un peu dans les rues, le taux d'alcoolémie a bien monté, les premiers soldats de la cuite commencent a tomber sur le champs d'honneur de la bibine. Je vais au bateau ivre, je commande un picon et j'écoute le groupe. C'est très pompé sur les housemartins, et je me dis, bordel j'avais pas pensé aux housemartins depuis au moins vingt ans. Il y a des petits éclairs beach boy. C'est bien fait mais un peu chiant. La pop quoi. Je vais au mélody maker qui est vide a ma grande surprise et du coup je retourne vers la place sainte anne. Je me prends une frite, j'écoute un peu le groupe de dub qui joue au ty anna, mais je traîne pas, je passe devant le kenland mais le concert semble terminé, la foule est dense dans la rue saint michel, la foule est dense sur la place saint michel, la foule est dense en bas de la place des lices. Je remonte la rue de l'appartement, et je tiens la main de la plus belle femme du monde. Je remonte la rue avec la main de la plus belle du monde dans ma main. Je remonte la rue. Et je sais que tu me tiens la main. Je suis sur que tu me tiens la main.

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans concert
commenter cet article

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite