Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 19:47
Coloration en demi-teinte

Je reste un peu idiot chez la marchande de journaux de la rue de ménilmontant qui chante toujours des chansons d'un autre siècle que je ne connais pas. Que ce soit les chansons ou le siècle. Je reste un peu idiot car une femme qui raconte sa vie a la marchande de journaux - il faut dire que chez la marchande de journaux il y a toujours une femme qui raconte sa vie a la marchande de journaux ou alors c'est la marchande de journaux qui raconte sa vie a une cliente - enfin bref après que j'ai dis un truc du genre quand j'étais jeune ma grand-mère lisait point de vue image du monde, c'est après que la femme qui erre dans la boutique à demandé ce qu'elle pouvait acheter pour sa mère et donc j'ai récité les journaux que lisait ma grand-mère quand j'étais jeune, c'est a dire point de vue image du monde, notre temps et la sélection du reader's digest, et donc après que j'ai dis ça la marchande de journaux dit c'est dingue vous voulez ma place vous avez donné exactement les journaux que j'aurais donné, et donc pour rebondir j'ai haussé les épaules et j'ai dis a la marchande de journaux qui chante tout le temps, vous savez quand j'étais jeune c'est ce que lisait ma grand-mère et c'est vrai que j'étais jeune car ma grand mère a du mourir quand j'avais 25 ans et quand j'allais passer du temps chez elle c'est que j'étais jeune, il y avait pas le tgv a l'époque, c'était des trains sans fin et je finissais en stop s'il n'y avait plus de car et du coup la marchande de journaux a laquelle je tends ma monnaie pour mon libé du samedi me dis ne dites pas quand vous étiez jeune mais vous êtes toujours jeune. Et là je reste un peu idiot en me demandant ce que la cliente veut pouvoir dire après qu'elle est lâché : Mais monsieur avec le physique que vous avez, vous paraîtrez toujours jeune. La marchande de journaux semble penser que c'est un compliment vu le clin d’œil qu'elle me fait en rigolant. Je me barre courageusement de la boutique et alors que je redescends la rue de ménilmontant pour rejoindre la rue des Pyrénées j'essaie de comprendre ce que ça voulait dire. J'ai un moment de pure nostalgie brutale, ce genre de moment ou on se demande pourquoi on est en vie et ou on a juste envie de se couper les veines, enfin bref un moment de déprime brutale qui ne dure que deux secondes. Je pense au fantôme qui aurait dit mais elle te draguait espèce d'andouille. Je lui aurais répondu en haussant les épaules mais arrête de croire que toutes les bonnes femmes me draguent. Je souris et en même temps j'ai envie de me pendre. J'ai un peu de pur bonheur et un instant de pur douleur. Alors que je rejoins ma rue ou des cars de crs ont chassé les dealers pour surveiller les migrants qui ne resteront pas vingt quatre heures dans le local qu'ils ont squattés, je me demande ce que voulait dire la cliente chez la marchande de journaux. J'ai peu être un physique de vieux. Ou peut-être pas. On verra bien assez tôt. On verra bien assez vite. Enfin on verra.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans La vie belleville
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite