Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 10:05
Tirer des bords

Je me suis réveillé en sueur, trempé de la chaleur de la nuit, malgré la fenêtre ouverte il n'y avait que de peu de vent. Je me suis réveillé alors que les gens tentaient de prendre la scène d'assaut pour me pêter la gueule. Je rêvais que j'étais caroline fourest. J'avais nettoyé les fenêtres de la salle a manger dans la journée quand j'avais constaté a quel point dehors était gris malgré le soleil prégnant. L'appartement était vide depuis maintenant 5 ans et c'est a ce genre de détails qu'on le devinait. Crasse des vitres. Aux quelques araignées aussi. La mer me manquait mais il était agréable d'avoir encore un endroit ou se réfugier pour s'échapper. Je souffrais toujours de la bouche, et je ne mangeais que peu, mes gencives étaient toujours écarlates, je les regardais chaque matin en espèrant qu'elles tombent comme des fruits trop mûrs. Et puis je me souvenais que les gencives ne tombent pas. Sans qu'on sache trop pourquoi. Je n'ai pas pensé a la mort cette nuit la en me réveillant, l'insomnie passé 40 ans, voulait dire penser à la mort presque a coup sur, je crois que j'y avais tellement pensé avant 40 ans que ce genre de soucis m'étaient désormais étranger. Pour éviter de trop cogiter j'ai pris le livre de hillermann. C'était assez fascinant de continuer de lire les aventures des navajos maintenant que hillermann était mort mais je dois avouer que je ne pouvais occulter une certaine admiration pour le travail de sa fille. C'était la même chose avec sans doute une plus grande acuité pour le personnage féminin. Je me demandais depuis quelques semaines si j'allais continuer a écrire en imaginant que sans doute pas, ce qui prouve bien que je n'étais pas fais pour écrire puisque l'idée de la lecture des autres me tenaient plus que l'écriture elle même. J'hésitais a louer une voiture pour aller voir la mer, maintenant saint malo me paraissait très loin, comme une île qu'on ne pouvait rattraper. J'avais un peu envie de traîner aux alentours et la voiture semblait une meilleure idée que le train. Je me sentais a nouveau serein depuis quelques jours, dorénavant que tout mes espoirs d'une quelconque vie sociale ou sentimentale étaient enterrés, je n'avais plus aucune empathie pour l'avenir ou pour ma propre existence. C'est hun zé qui disait que la vraie vie c'était de détacher son âme de son corps et de flotter quelque part au-dessus des montagnes. Il y a peu de montagne en bretagne mais mon âme flottait en dehors de moi, c'est une certitude. La veille j'avais été voir la vieille femme dans la maison des vieilles femmes et elle m'avait dit qu'elle se sentait inutile. Je pensais un peu comme elle, ou plutôt j'aurais pensé comme elle à sa place. Dans mon rêve, j'étais caroline fourest et je montais sur scène et je disais au micro comme j'étais fière d'avoir un ya bon machin truc quand je voyais le jury et les membres de l'association qui remettaient ce prix. Etre reconnu comme raciste par un ami de dieudonné, par un type qui fait parti d'un journal qui explique de clément méric est coupable et que son assassin nazi est une victime, par une femme qui toute les semaines discutent le bout de gras sur une station périphérique avec des fachos notoire, être reconnu comme raciste par des personnes aussi parfaites c'est un honneur j'ajoutais sous les quolibets de la salle. Il était bizarre ce rêve je me suis dit le lendemain. Il faudrait peut-être que j'aille voir la mer je me suis dit le lendemain. Voir la mer si j'y suis pas. Le ciel se chargeait de nuages. On aurait dit qu'il allait pleuvoir. Je me suis dis que c'était une bon jour pour marcher dans le sable. Pour marcher dans les sables. Je me suis dis que c'était un bon jour tout court.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans Saint Malo
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite