Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 10:17
Le vide espoir

Il fait un peu frais sans doute a cause de l'orage de la veille qui a martelé la coque et le zinc de la cabine du bateau une partie de la nuit. Il n'y avait pas de courriers dans la boite aux lettres, je n'avais pas reçu un courrier important depuis plus de trois mois, et heureusement que je n'en avais pas ce jour la car la boîte aux lettres étaient encore humide des draches de la veille. Le gamin est venu m'apporter mon café et s'est assis en face de moi. C'est curieux vous avez une sacrée bonne mine capitaine, a ne pas sortir de votre bateau ainsi, je pensais que vous ne seriez pas en forme. Je prends le soleil toute la journée sur le pont je lui ai répondu après avoir bu une gorgée de son café qui entre parenthèse était quand même bien meilleur que le mien, et puis je ne peux pas beaucoup manger alors j'ai un peu maigri, ça me fait pas de mal. Un virus il me demande. Stress et fatigue je hausse les épaules, stress de quoi, fatigue de quoi, on ne saura jamais. Vous me manquez capitaine m'a lancé le petit jeune en rapportant le second café que je lui ai commandé a peine le premier avalé, c'est plus pareil depuis que vous ne sortez plus du bateau, des fois je regarde tout les crétins au café et je me dis le capitaine il leur clouerait le bec une bonne fois. La vie c'est du manque je lui ai dis. La vie c'est parvenir a combler les manques je lui ai répondu dans une bouffée délirante et philosophique. Tu vois moi je suis serein maintenant, je n'attends plus rien. Les derniers mois j'étais triste car j'étais en colère, je ne comprenais pas les choses, je ne les acceptais pas. Je voulais que tout redevienne comme avant alors que ça ne se peut pas. Vous êtes serein car vous ne reverrez jamais le fantôme de toute votre vie ?, vous parlez d'une satisfaction il a soupiré en secouant la tête comme un épileptique. Je l'ai regardé durement car je n'aimais pas entendre que l'on parle de la plus belle femme du monde en ma présence et je n'aimais pas ces putains de conclusions même si elles étaient justes. Je ne suis pas serein espèce de petit crétin je lui ai répondu alors qu'il s'est marré croyant que je plaisantais, c'est juste que j'ai décidé de ne plus me battre. J'ai assimilé la défaite et la perte. Je ne l'ai pas accepté je l'ai assimilé. Il m'a regardé un peu curieusement, ne sachant trop si je plaisantais un peu ou si j'étais devenu totalement dingue. Je ne pouvais lui en vouloir. C'est pour cette raison que je ne trainais plus dehors, j'étais replié dans mon pays de songe, je pouvais avoir des visites et même des conversations mais dorénavant une partie de ma vie ne serait qu'une ombre que personne ne croise, un repère que personne ne pouvait atteindre. Je n'étais pas a plaindre, je n'étais pas triste, ma vie désormais ne serait plus que cette impression de vie, cette copie de la vraie vie. Un buvard. J'ai dis au petit jeune avant de partir qu'il ne devait pas me juger ni me comprendre, je lui dis qu'il ne devait juger ni comprendre personne d'ailleurs. Nous avions tous nos raisons, nos bonnes raisons. La vie ne nous laissait pas trop le choix. Pas vraiment le choix. Il comprendrait bien assez vite que la vie ne nous laissait jamais vraiment le choix.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans la vie du port
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite