Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 15:30
Le gris du jour

La copine de copain hilare m'emmène jusqu’à la gare routière ou on déniche une de ces petites camionnettes qui sillonnent le pays. Le gars indique que c'est 120 000 pour les trois heures de route. Je monte dans cette sorte de rascal aménagé en bus avec deux bidasses, un étudiant et quelques autres personnes. J'arrive enfin au bout du livre, je suis tellement épuisé par ces plus de 800 pages que je ressens une douce euphorie quand je finis le bouquin. Chaque rebondissement est préparé deux cent pages en amont ce qui fait que tu les connais bien longtemps a l'avance. C'est le problème des écrivains de blanche qui veulent faire du polar. Ils n'assument pas totalement, enrobe le bouquin dans un peu de verbiage littéraire. Grand prix de l'académie française, tu m'étonne. Je change de ville, c'est tout de suite un peu compliqué ici. Je passe deux heures a la police a attendre pour faire tamponner mon visa. Je vais dans un premier bureau ou l'on me dit d'attendre et puis une femme se pointe et nous indique de venir dans un second bureau. Mon assurance n'a pas trop l'air de lui plaire mais c'est un peu comme partout dans ce pays, on a l'impression que les flics et les militaires sont là pour le décor. J'arrive pas a les prendre tout a fait au sérieux. J'ai sans doute tort. J'erre dans cette ville de province tranquille, assez agréable un peu hors du monde. C'est l'endroit parfait qu'il me faut. Je suis hors du monde depuis quelques temps, j'ai pensé que j'allais resté sur le port, au fond du bateau mais venir ici était une bonne idée. Je suis tellement loin de tout, loin de rien, c'est comme si aujourd'hui il fallait commencer une nouvelle vie. Je rencontre des gens assez souriants, je fais des photos, je pose assis a des tables avec des gens qui comme moi regardent l'objectif. Je me perds un peu dans la cité ou je réside, il faut juste comprendre que les 23 n'est pas tout a fait entre le 21 et le 25. Ensuite je me trompe d'appartement avec mon oubli que le deuxième étage est en fait le premier puisque ici le premier est au rez de chaussée. La fille chargé de tamponner les visas des étrangers finit par me déposer un joli tampon, après avoir perdu une bonne demi-heure pour préparer un café a son voisin de bureau et passer quelques heures au téléphone pour visiblement raconter sa vie. C'est curieux, alors que je comprends 5 mots de la langue j'ai l'impression de savoir de quoi les gens parlent. Je regarde la vie des gens d'ici et j'entends les nouvelles de france, le décalage me fait sourire. J'erre dans un autre monde, j'erre dans une autre vie. J'erre, un peu ailleurs, sur le côté. Je resterais bien ainsi, dans une hibernation léthargique, je resterais bien encore un siècle ou deux. Encore un peu à l'écart pour une siècle ou deux.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans au bout du monde
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite