Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 20:12
Des moments qui n'existent pas

Mes yeux tombent sur un livre de lordon alors que je regarde les livres qui sont posés sur la table intitulé philosophie politique au quatrième étage du gibert joseph. Ca me troue tellement le cul de voir un économiste au rayon philosophie politique que j'en suis presque a appeler le fantôme pour lui faire part de mon courroux. Lordon est l’égérie des gens de la vraie gauche, tendance monde diplomatique on comprends tout ce que vous ne comprenez pas puisque nous on est pas couillons, un type à côté duquel lucchini semble modeste, c'est dire. Je reçois un mail qui me dit que mon passeport tamponné d'un beau visa sera disponible d'ici la semaine prochaine. J'écris au garçon qui vit là-bas pour lui dire que je vais sans doute venir en fin de compte. Bordel il me répond par mail, je savais que tu viendrais, c'est la première fois que quelqu'un vient me voir. Je savais que si une personne venait, ce serait toi. Dans le pays ou la vie n'existe pas vraiment, dans le pays ou la liberté n'existe pas, je me demande ce que je ne vais pas faire là-bas et puis je trouve ça drôle d'aller dans un pays ou personne que j'ai rencontré n'est jamais allé. John king en fait c'est une sorte de sous welsh non je demande a garçon tout maigre alors qu'il me demande quand j'irais dans le trou du cul du monde ou il habite. Une femme m'apporte un croissant et un pain au chocolat au politburo alors je lui offre un café. Je prends le soleil au bord de la seine, en attendant que le temps passe, en attendant que la vie me presse un peu moins ou un peu plus. Je pense au monologue d'hamlet alors que j'attends a la boulangerie pour acheter a manger. Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches. Je me récite cet extrait du monologue alors que j’hésite entre quiche lorraine et quiche au fromage. Je suis aux porte de la folie je me dis, une porte que je ne pousserais jamais sans doute, maintenant que j'ai abandonné l'alcool ou l'inverse, maintenant que l'alcool m'a abandonné. La vie n'a sans doute jamais existé, la vie n'existe pas vraiment, mais je sais bien que je vais continuer ce chemin parsemé de ton souvenir. Ce chemin qui me mène toujours vers ton souvenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans elle sans moi
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite