Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 16:24
Du soleil en grisaille

C'est marrant je dis au fantôme dans la salle de cinéma, hormis le fait qu'ils parlent français et que ça se passe a paris, on dirait un film de larry clark. Le mec qui a réalisé le film il a trop vu larry clark je rajoute pour vérifier que le fantôme ne m'écoute pas. Bordel non elle ne me capte pas, la plus belle femme du monde regarde les skaters sur l'écran. A la fin de la bande annonce, il est écrit que c'est le nouveau film de larry clark, ce qui me rassure un peu sur mes connaissances cinématographiques. Je savais pas qu'il avait tourné son nouveau film en france, je dis en me tournant vers le fantôme qui s'est évaporé en même temps que les skaters. En partant vers le cinéma, j'ai réalisé que ma rue changeait trois fois de sens de circulation, ce qui pour une petite rue comme la mienne est assez schizophrénique. Je me suis dis que j'aimais bien cette rue. Que moi même je ne savais jamais dans quel sens prendre la vie, je savais toujours ou je ne voulais pas être, mais je ne savais jamais ou je voulais être. Je me demande si les bandes annonces ne sont pas un tribute to the fantôme car ensuite il y a la bande annonce du prochain film de ce réalisateur qu'elle adore. Le film sort le mercredi suivant, au vu de la bande annonce on dirait un film d'immeuble, je me demande ce que ça vaut. Je passe chez le turc après le film, le soleil perce encore vaguement le gris du ciel sur la place des grandes rigoles, j'achète un peu de fêta et une bouteille de yakout. Avant que le film ne commence je lis le libé sur le dernier livre de houellebecq. Je n'ai jamais accroché a houellebecq, sans trop savoir pourquoi. Sans doute un peu trop froid pour moi. Ça manque un peu de bidoche. Un peu de saignant. Je lis le portrait de dernière page ou le type dit que son dieu s'appelle david peace. Je rentre tranquillement après le film, ce polar très années 80 qui hésite entre l'hommage a scorsese et l'hommage a de palma. Je longe les buttes chaumont et puis je prends la main du fantôme. Je prends ta main en remontant vers Belleville et je me sens vivant. Je prends ta main et je me sens vivant.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans La vie belleville
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite