Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 19:20
Des bribes d'elle

De la vie je crois, de la vie avant tout, de la vie, de la vie après tout. Je traîne mon âme, je détricote mon cœur pour errer dans le quartier. Je tricote ma vie je crois, sans trop savoir quel est le sens de la maille. Cette vie qui déraille. Le fleuve monte ou le fleuve baisse je ne sais pas trop, je m'accoude en haut du belvédère et je regarde la tour eiffel qui clignote ou pas je ne sais pas trop, et puis je traverse la place de l'hôtel de ville et le son de la patinoire monte et descend je ne sais plus trop, et puis je descend la rue du transvaal et la nuit descend plus vite ou moins vite je ne sais plus trop. Les mots se succèdent sur le goudron de belleville, je perds un peu l'équilibre que je n'ai plus, les mots et les ombres résonnent contre la nuit. J'aimerais ne plus perdre la mémoire, j'aimerais ne pas la perdre, ce n'est pas ma peur du moment, mais j'espère que je n'oublierais jamais, parce que ce serait trop triste, parce que quand on a tenu la main de la plus belle femme du monde en longeant la tour eiffel depuis le parc de belleville, on ne veut pas oublier. Je regarde le jour qui descend et je m'interroge sur mes capacités a meubler les heures désormais, ça ne me fait pas si peur, ça ne me rend pas mélancolique. De la vie je me dis, de la vie malgré tout, de la vie qui ne s'évapore pas, de la vie dont je ne veux pas m'éloigner. De la vie qui me tient la main, de la vie qui court après les pigeons, de la vie qui boit du faux coca de la mer a boire, de la vie. Même si boire le faux coca de la mer a boire me semble tellement éloignée de la vie. Je me sens comme apaisée, comme tellement persuadée qu'elle est toujours avec moi, comme tellement entourée d'elle, je me sens si serein que j'attends une chute qui ne vient pas, parce que je ne serais jamais malheureux, parce que je suis vivant. Je regarde mes bras et mes jambes, je regarde mon corps, je regarde mon visage et je sais que je suis vivant. Ton coeur bat au creux de mon coeur, je sais qu'il ne sera plus jamais seul, ton coeur bat au creux de mon coeur. Au bord de mon coeur. Ainsi je ne serais plus jamais seul. Plus jamais seul.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans La vie belleville
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite