Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 09:22
Le temps qu'il faut

La pluie est venu effacer le soleil de la veille, une pluie drue pleine, une pluie de belle-île, une pluie que tu regardes a travers les hublots du bateau alors que la mer se forme. Il y a un fort vent d'ailleurs, il faudrait que j'aille voir la mer, c'est un jour de tempête, et je me dis qu'il faudrait sortir voir. Mais je reste au chaud avec david peace, je reste à liverpool. Les gens disent toujours que le meilleur livre écrit sur le foot c'est carton jaune de nick hornby. J'ai toujours trouvé qu'hornby était un médiocre écrivain et que 44 jours de peace était le meilleur livre sur le foot. Mais je me rends compte que rouge ou mort c'est encore autre chose. C'est sans doute sur un homme, peace dit : pour une fois je voulais écrire sur un type bien, peut-être qu'après tout peace avait besoin de voir la lumière lui dont les livres ne font que s'enfoncer dans les ténèbres. J'étais décidé à balayer la terrasse qui en a bien besoin, a virer les chaises en plastique, a couper ce rosier qui envahit la terrasse mais je regarde la pluie en me disant que ce sera pour demain. Et si ce n'est pas pour demain et bien j'attendrai. Le jour d'après. Je regarde la pluie et je me dis qu'il faudra bien sortir chercher à manger, tout était fermé le dimanche après-midi a paramé alors j'ai fais cuire du riz qui trainait dans l'armoire. On dirait qu'une branche du parc à côté de l'appartement s'est cassé, il faut que je regarde s'il y a un ciré, le parapluie il faut oublier, il y beaucoup trop de vent, ça ne servirait a rien. J'aurais du faire les courses en arrivant, le dimanche matin tout est encore ouvert, mais je n'ai pas pu m'empêcher d'aller marcher sur le sable pour trois tout petit quart d'heure, je n'ai pas pu m'empêcher de rejoindre intra-muros, je n'ai pas pu m'empêcher d'entrer par la porte principale et de prendre cette rue dont je ne connais jamais le nom. J'ai pris une galette saucisse et puis je suis reparti en sens inverse. Un dimanche au soleil intra-muros n'est pas fréquentable, on dirait le mont saint michel. Je reste donc dans l'appartement plongée dans une pénombre grise, j'allume les lumières et je pars avec cette homme qui veut retourner dans son pays. Je pars avec cette homme dont je me demande s'il est courageux ou inconscient. Ou fou. Dehors il souffle et il vente. Je pense à la plus belle femme du monde et j'espère qu'elle va se sentir mieux. J'espère qu'elle ira mieux quand je la tiendrais dans mes bras. Dans quelques jours. Mais j'espère qu'elle ira mieux. D'ici là.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans Saint Malo
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite