Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 08:09
Des lambeaux de moi-même

J'ai pas vu le fantôme depuis quelques jours remarque d'une voix qui semble vaguement soulagé le vieux collé au zinc. Comme je ne bois plus beaucoup ces derniers temps je lui ai commandé une bière pendant que je retournais au picon. Comme on dit au rugby quand on sait pas trop quoi dire d'autre et que l'équipe est en train de perdre, il faut revenir aux fondamentaux. Comme c'était une question et que le silence s'est vaguement fait dans le bar après cette phrase, je hausse les épaules et je lâche, oh ça doit être le hasard car croyez moi elle est bien présente. Les mouches se remettent a voler, les cartes à être jetées sur le tapis, la vie reprend son cours, même si je sais qu'ils espéraient tous que le fantôme étaient partis quelques temps, loin d'ici. Même le magicien ne semble plus très sur de vouloir me remplacer dans le cœur du fantôme, depuis qu'elle est revenue de l'île, elle est tout le temps en colère. Contre elle-même je dirais en souvenir de mes études jungiennes mais le reste du port pensent que c'est contre eux. Même moi je ne parviens pas vraiment à comprendre le sens de sa fureur, mais les causes les plus nobles sont celles qui n'ont pas de but et qui viennent de nulle part. Alors je regarde la plus belle femme du monde s'agiter, s'auto-agiter même, tourbillon d'elle-même, folie d'un autre émoi. Moi j'ose même plus lui dire bonjour murmurait la fille tout à l'heure au serveur en croyant que je n'entendais pas, j'ai peur qu'elle me foute le feu juste pour ça. J'ai essayé de lui parler répond le barman mais elle ne lâche rien. Bon dit le vieux alors que je suis sûr que le silence s'est fait même si je suis parano mais presque, je vais vous parler franchement, parce que personne n'ose vous parlez, mais moi je m'en fous. Tourne pas ta neurone huit fois dans ta calebasse ça nous prendrait la nuit et dis moi franchement ce que tu veux me dire j'y réponds après avoir asséché mon picon et désigné mon verre au serveur pour qu'il le remplisse. Capitaine, on est tous inquiet, on sait pas trop si c'est pour vous ou pour le fantôme, on sait pas ce qui ne va pas, on ne sait pas si c'est un problème entre elle et vous mais on est inquiet. J'explose de rire. Je viens boire peinard un picon et je me retrouve avec la mari de ménie grégoire qui veut me parler de mon couple. Capitaine, arrive le magicien -tiens il est plus collé aux basques de gérard majax celui là - je vais dire les choses d'une façon moins diplomatique. On pense tous que nous on laisserait pas faire nos femmes de cette façon. C'est qui toi ta femme, ta baguette magique ? Je rigole méchamment et l'être humain étant ce qu'il est une partie du bar embraie avec moi. Mais je dois reconnaître que le petit magicien ne se laisse pas démonter. Elle peut pas nous agresser, brûler nos commerces et nos bateaux, courir après les oiseaux toute la nuit sur le port en poussant des cris démoniaques, ça ne peut plus durer. A dire vrai capitaine, embraie la dingo qui n'a pas beaucoup de dents, on pense que vous êtes pas ce que vous faites croire que vous êtes. Une femme ça se tient, vous devez pas la laisser faire. Bordel qui c'est qui porte la culotte dans votre baraque ? C'est pas une baraque c'est un bateau je dis en lui tournant le dos, pour me retourner vers le zinc et prendre mon picon. Après en avoir bu deux gorgées, je demande au serveur si lui aussi n'a pas un petit cours de vie domestique à m'asséner. Faut comprendre les gens capitaine, elle part en sucette le fantôme, on a toujours su qu'elle était dingue mais on se disait que vous étiez là pour la canaliser, et ces derniers temps on à comme qui dirait l'impression que vous n'êtes plus capable de le faire. Je finis mon picon. Okay je dis a tout le bar en hurlant de rire intérieurement. Je peux retranscrire cette conversation au fantôme. Je regarde leurs tronches ahuris. Si je fais ça, vous êtes tous morts, ainsi que toute votre descendance pour trois générations. La plupart approuve d'un signe de tête et prennent déjà des tronches d'enterrement. Ça leur va pas mal d'ailleurs. Donc nous sommes d'accord, je ne lui dirais rien. Vous me devez la vie mes petits potes ! Je quitte le bar dans un silence extatique et je rejoins le bateau ou le fantôme assis sur le ponton est à ma grande surprise en train de pêcher. Tu es la personne la moins patiente de la galaxie je lui dis pourquoi tu te mettrais à la pêche. Elle hausse les épaules et me sourit. Pourquoi tout le monde a peur de ce joli petit minois je me demande. Parce que sa fureur ne me gagne jamais je me dis. Pour la phrase que je viens de dire n'importe qui d'autre serait en train de bouffer la canne a pêche avec les appâts et moi elle me sourit. A moi elle me sourit.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans la vie du port
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite