Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 05:46
Autour du cou

Quand j'ouvre le paquet, je reste interdis quelques secondes et je prends sur moi pour ne pas demander ce que c'est que ce truc. Parce que je crois le deviner. Une sorte de brume insidieuse recouvre la seine. Des types finissent de démonter la scène qui a accueilli des concerts pendant le week-end et ou j'ai failli mourir asphyxié dans la chaleur abrupt le samedi soir. Une de mes collègues me dit que ma chemise est super jolie, tu l'as acheté ou elle te va trop bien elle me sourit. Je regarde si le fantôme ne rôde pas dans le coin parce que si tel est le cas je ne donne pas cher de la vie de ma jeune collègue. Le target sur colorado boulevard je réponds à sa question. Alors que l'aube se barre fissa et que notre-dame s'étire et se découpe dans une carte postale bucolique, des types attaquent au chalumeau les cadenas qui sont accrochés au pont de l'archevêché, sans que je comprennes trop pourquoi ça me rends tout guilleret. Je suis comme un type sous ecstasy et je n'ose plus me secouer depuis le départ de la plus jolie femme du monde comme si je voulais garder des particules d'euphorie sur ma peau. Alors que j'attends que le feu passe au rouge devant l'église des nazis, taï luc me dépasse et je me dis que nous avons tous pas mal vieilli. La femme en face de moi commence à me réciter un poème, après le cadeau surprenant je me demande si mes collègues n'ont pas décidé de me faire des farces et puis je me dis que mes collègues sont sinistres et que c'est pas trop possible. Le poème n'en finit c'est un truc antimilitariste un peu naïf. J'en reviens pas qu'elle le connaisse pas coeur et je regarde mon écran pour ne pas trop rire. Son mari l'a écrit pour la conquérir à ce que je comprends. C'est unisexe m'explique la femme alors que je tiens le collier a bout de bras, je l'ai fait moi-même. Le truc est pas mal c'est juste que c'est pour une femme je me dis. Je l'enfile et je la remercie chaleureusement. Plus tard alors que je me pavane dans les bureaux avec mon colliers autour du cou, je laisse derrière moi les éclats de rire de mes collègues. Je m'en fous je me dis, j'ai l'odeur l'âme et la peau de la plus belle du monde qui continue de m'irradier. Tu continues de m'irradier.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans politburo
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite