Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 14:46
Short cuts

On entre dans cette boutique qui sent l'italie. Des milliers de bouteilles d'huile d'olive côtoient des milliers de bouteilles de vin, rosario vient vers nous de sa démarche de canard, sa femme mexicaine derrière la caisse qui lui rends facilement 30 ans nous salue avec l'entrain d'un croque-mort. On lui commande deux sandwiches et je suis le garçon formidable et généreux vers le rayon des bouteilles. Il est un peu trop tard quand on se pointe a eaton canyon. Le soleil tape dur et je me recouvre de cette bombe que j'ai acheté chez target car je sens que mes taches de rousseur vont crépiter sous la chaleur. L'endroit est assez peu ombragé, sauf a l'arrivée et il y a une demi-heure de marche en plein cagnard pour y pervenir. Mon beau-frère me donne un grand baton de bois, très léger qu'il a fabriqué lui-même. C'est juste pour se protéger des serpents il m'explique alors que tout à coup mon entrain pour la ballade diminue d'un bon cran. Un type nous interpelle dans le supermarché le plus cher du monde, et nous demande si nous voulons déguster quelques vins. On dit d'accord, et on s'assoit à une table. Un autre type vient avec trois bouteilles et trois verres, et nous explique qu'il est producteur de vin au chili. Il fait du cabernet sauvignon blanc et rouge. Mon beau-frère me dit un truc en français quand il me tend le verre et le type nous demande si nous sommes français. Lui dit le garçon formidable en me désignant, moi je suis mexicain. Le type nous demande s'il peut nous parler en français, il semble tout heureux, il à un léger accent mais il parle vraiment bien. Mon prénom lui plait beaucoup, a cause des initiales, comme souvent avec les sud-américains. Rosario nous apporte nos sandwichs emballés dans du papier plus un chorizo que mon beau-frère lui a demandé pour sa paella du soir. En voyant venir vers nous Rosario avec sa démarche de canard, je repense à son histoire. Et puis juste après, je me dis que je vais me régaler avec la paella du garçon formidable qu'il prépare en risotto. Pendant la marche dans le canyon, on parvient une ou deux fois à s'arrêter sous un arbre famélique pour boire chacun a nos gourdes respectives. On croise des types avec un énorme chien. Il est a vous dit mon beau-frère ce gros chien il est vraiment beau. Non disent les gars en rigolant, on lui a juste donner a manger et depuis il nous suit. Mais c'est pas un chien explique l'autre, c'est un coyotte. Je ne sais plus comment s'appelle le chilien, il m'explique qu'il a fait ses études a montpellier et bordeaux. Le cabernet sauvignon blanc est pas mal, le rouge aussi. Il m'explique qu'il n'aime pas les vins trop boisées. Oué, t'aime pas parker j'approuve. Rosario malgré son prénom espagnol est né en italie. En sicile pour être plus précis. Il a grandi dans la sicile d'après guerre. Il a séduit la jeune maîtresse d'un vieux parrain de la mafia locale. Sa tête a sans doute été mise a prix, il a compris qu'il n'avait plus aucune chance de survivre, il a pris le bateau ou peut-être l'avion, et il est parti pour new york. Ca monte un peu et puis ça descend, on croise pas mal de monde, c'est un endroit très prisé, le week end c'est rempli de monde, il faut dire qu'on est a cinq minutes du centre ville de pasadena. J'ai faim, j'ai soif, mais je me dis qu'on est bientôt arrivé. On croise une bande de jeunes et l'un tient un serpent mort entortillé au bout de son bâton. Qu'est ce qu'on ferait pas pour impressionner les filles je me dis. Je ne connais pas le cépage du troisième vin du chilien. C'est un vin qu'on faisait au siècle dernier a bordeaux il m'explique. Et puis après le phylloxéra vers 1890, il a fallu replanter toutes les vignes. C'est la qu'on est venu au chili chercher des vignes, et puis ensuite a porto. Tout ce qui venait du chilii, on considérait que c'était du cabernet. Rosario vit donc a new-york. La légende qu'il entretient lui-même dit qu'il a vendu de la drogue a miles davis et bob de niro. C'est vrai ou pas, et l'on s'en fout. A new-york il lui arrive un truc incroyable, il croise le frère du mafieux qu'il avait cocufié en sicile. Ce dernier lui tire dessus, rosario se ramasse une balle dans le bas de la colonne. On arrive enfin à la cascade d'eau, quelques instants auparavant, on était en plein désert, un aigle tournait autour de nous en ricanant, sans doute à la recherche d'un serpent a grailler, et tout a coup, c'est la fraîcheur sous les arbres, l'eau qui coule de la cascade est fraîche et revigorante. On se pose sur des rochers et on sort nos sandwiches et notre bouteille de rosé. Le distributeur du vin chilien qui est américain pur jus vu son accent se joint a nous et nous fait goûter un vin a quatre vingt sept dollar. Les américains vous annoncent le prix du vin avant toute chose. Il est décevant pour le prix mais en même temps il est de 2007, c'est un vin de garde s'il vaut ce prix là je me dis, faut pas le boire maintenant. Ensuite on goûte un vin a trente sept dollars de 2008 qui est juste emballant. Le type parle avec mon beau-frère, je ne comprends rien à ce qu'il raconte. A la fin de la conversation, mon beau frère lui dit que sa femme va adorer les livres d'isabel allende. Le garçon formidable explique sa propre femme qui est ma soeur adore isabel allende. Mais comment on en est arrivé là, j'ai pas bien suivi. On réduit la colonne vertébrale de rosario, et c'est pour ça qu'il a cette démarche de canard, il à une jambe plus courte que l'autre. Après cette fusillade, il part pour los angelès en se disant que cette fois il devrait éviter les mauvaises rencontres. A l'ombre, alors que le clapotis de l'eau apaise le feu qui irradie mon corps, je bénis rosario pour son sandwich. Il a gratté la mie du pain avec de l'huile d'olive et il a garni le sandwich avec des couches de jambon en tout genre mais coupé tellement fin que ce n'est pas du tout épais. Un miracle gustatif. On fait passer le sandwich avec le rosé ce qui est juste une hérésie avec cette chaleur. C'est un moment de grâce et je sais que le fantôme me tient et me regarde avec amour. Même si elle fait les gros yeux en me voyant descendre allégrement le vin. Le soir après la dégustation de vin rouge chez whole food, on fait passer la paélla avec du vinho verde très frais. Je me couche épuisé. Heureux de toutes ces rencontres, du coeur de la plus belle femme du monde qui bat contre mon coeur, serein de tenir sa main au creux de ma main. La fraîcheur tombe sur la ville, il fait nuit depuis longtemps déjà, et je ferme les yeux. Et tu fermes les yeux. Il fait nuit depuis longtemps déja. Nous fermons les yeux.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans l'ouest le vrai
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite