Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 18:55
Un fantôme a belleville

Le fantôme me demande ou je suis et je lui réponds dans tes bras, souviens-toi, je suis là près de toi, souviens-toi, je suis en toi dans deux jours, rappelle toi, je suis là. Le fantôme me demande ou je suis et je réponds devant chez jean-michel ribes, juste a côté de l'église tu sais celle du film. Validant mon idée simplette que les mauvais livres font des bons films et les bons livres de mauvais films, le fantôme m'explique qu'elle a vu l'épouvantable panouille tourné dans le quartier il y a un an ou deux. Je me souviens sur la place krasu quand j'avais dit qu'on voyait la place pendant une seconde dans le film et que tout les poivrots du quartier m'avaient répliqués bordel on a pas bu boire des coups en terrasse pendant deux jours pour une seconde de film. On voit plus longtemps le café populaire j'avais dis que les cascades. Bien sur il y a des exceptions, altman a fait un grand film des nouvelles de carver, et l'insupportable kubrick a fait des films insupportables des livres de l'insupportable king. Une forme de cohérence. Je prends la rue d'eupatoria qui longe l'église, le nom de cette rue m'a toujours un peu fasciné. Je me suis toujours demandé ce que c'était eupatoria. Je sais je peux gougueliser le nom et savoir que c'est le nom d'un complément alimentaire pour caniche nain, ah non merde ça c'est le prénom ahurissant de la nièce du fantôme, enfin eupatoria ça fait très film de philippe k. dick. Blade runner un contre exemple, grand livre bon film ou l'inverse suivant l'humeur. Je passe pas loin du monte en l'air qui devrait être ma librairie favorite au monde et qui pourtant ne l'est pas. Comme quoi la gueule de con d'un libraire ça n'aide pas. Je passe par-dessus la petite ceinture, il y a une scène sur la petite ceinture dans l'épouvantable daube de gondry. Rater autant un film c'est une forme d'art, la distribution est ratée, le film est ratée, les scènes sont ratés, tout est raté. En même temps, peut-on réussir un film dont la vedette est audrey tautou ? Je prends la rue de la mare. Je peux plus parler en escaladant la rue de savies, celle qui finit chez zoubir. Le fantôme me demande si je suis encore en vie. A peine je lui réponds. Elle me tient ferme la main en montant les escaliers du passage fernand rayanud. Je suis a bout de souffle en déboulant rue de l'ermitage. Le fantôme me sourit. A moi. Le fantôme me sourit. A moi. Le fantôme me sourit.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans La vie belleville
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite