Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 10:08
Le bout du doigt

Je suis tellement épuisé ce matin là que je rigole quand la femme d'origine iranienne qui se tient sur le siège en face de mon bureau me demande excusez-moi si j'ai l'air bête monsieur drink mais à quoi sert ce petit truc ? Je suis toujours fasciné par les gens qui ont descendu non pas les escaliers mais tout l'immeuble de l'échelle sociale en immigrant. Soit ils s'enveloppent d'un nuage de morgue pour bien montrer ce qu'ils sont, soit ils ont une sorte de fatalisme un peu comme ce type dans la série québecquoise, qui passe le balais dans les chiottes alors qu'il était psychiatre dans son pays et qui analyse des gens dans les chiottes. Au concert au chinois tu sais ce lieu qui était un restaurant chinois avant, d’où son nom, ou va se nicher l'imagination humaine tout de meme, au concert donc excuse ces milliards de digressions, le chanteur rosbeef et dingue de ce groupe que j'adore ou tout le monde saute en l'air hormis la clavier imperturbable, descend de scène et vient hurler dans le micro a quelques mètres de moi puis pose sa tête trempée de sueur contre ma veste à capuche bordeaux. Ce petit truc je dis à la femme iranienne prêt à lui faire l'article tel un commercial que je ne suis pas. Je suis épuisé ce matin là, on a un peu picolé trop de kirs sans manger chez la fille en burn out communiste, et on est rentré tard et le garçon qui dormait dans le canapé s'est levé avant 6 heures du matin pour prendre son train pas cher et je me suis levé pour fermer la porte car on ne peut pas claquer la porte chez moi sans les clés. Je suis content au chinois, je papote un peu avec la mère de mon filleul, je me rends compte que je retrouve le goût des concerts et des évènements collectifs, je l'avais déjà remarqué l'autre soir au squat. J'ai l'impression que c'est la fin d'une petite période hibernative. J'enfile le bout de caoutchouc au bout de mon doigt et je montre à la femme l'intérêt du petit truc, je prends une des dizaines de liasses de papier sur mon bureau et je lui montre que grâce à ce petit truc il n'y a plus besoin de mouiller son doigt pour tourner les pages avec facilité. Elle est fasciné. Elle me demande si elle peut essayer et ou ça s'achète. Je lui en donne un et elle me remercie comme si je venais de lui offrir un trésor. Pendant que la chanteuse saute sur scène et que les deux guitaristes sont descendus, j'imagine le fantôme qui dort paisiblement dans la soute du bateau. Je comprends comme je suis serein de la savoir toujours auprès de moi, comme la distance ou l'absence n'ont aucune importance. La vie n'existe pas vraiment, la vie n'est peut être qu'une illusion en fin de compte. Je me rends compte comme sa présence me rends toujours vivant, que je suis toujours debout, qu'elle me tient toujours par la main. Je me rends compte que je touche la vie à chaque instant. Même si c'est du bout des doigts. J'espère que tu sais comme je suis vivant avec toi je lui glisse à l'oreille. Comme je suis vivant avec toi.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma vie en biture - dans politburo
commenter cet article

commentaires

Unsane Minds Unsane Bodies

  • : Le blog de ma vie en biture
  • Le blog de ma vie en biture
  • : Des jours et des cuites...
  • Contact

Extension Du Domaine De La Cuite